AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Puisque c'est mal, on y va... || Peter, James, Sirius [fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sirius Black

Gryffondor - 5ème année
Sirius Black



Votre personnage
...est un: élève singulièrement perturbé par les chocogrenouilles
...a: 15 raisons de ne pas se montrer raisonnable.
...a ou n'a pas d'affinités avec:
Puisque c'est mal, on y va... || Peter, James, Sirius [fini] _
MessageSujet: Puisque c'est mal, on y va... || Peter, James, Sirius [fini]   Puisque c'est mal, on y va... || Peter, James, Sirius [fini] EmptyDim 8 Aoû 2010 - 12:39

Puisque c'est mal, on y va... || Peter, James, Sirius [fini] Ats-0811 Puisque c'est mal, on y va... || Peter, James, Sirius [fini] Milo810 Puisque c'est mal, on y va... || Peter, James, Sirius [fini] 38410

    Le petit chien noir courait dans la foret, derrière un cerf, où bien même une licorne. Il courait à une allure folle, ses quatre pattes se trouvaient de temps en temps en l'air. Il sautait par dessus les racines, il s'amusait à faire fuir les animaux, il aimait bien jouer. C'était un être qui jouait sans cesse. C'était marrant et amusant, ses amis riaient de sa bêtise et plus ils riaient plus il continuait. Il aurait bien continué à courir pour se muscler ses pattes mais c'était l'heure de manger.
    Sirius se réveilla en sursaut de son rêve. C'était lui le chien, et c'était quelque chose qu'il avait déjà vécu, il ne rêvait jamais de nouveauté, il rêvait seulement de ce qu'il avait déjà vécu et c'était beaucoup plus amusant. Le gryffondor se leva regarda l'heure comme il pouvait. Ses longs cheveux noir lui cacher la vu. Il chercha en tapant sa main de partout sa baguette et la regarda avec un petit sourire. Lorsqu'il vit enfin l'heure, il se leva en vitesse. Pas besoin de se laver c'était le soir qu'il le faisait, pas besoin de se brosser les cheveux, ils font ce qu'ils veulent.
      « Mon cher Patmol, si tu ne te bouge pas, tu sera en retard au rendez vous dans le quartier général des maraudeurs. De plus tu sais très bien que c'est inadmissible. »
    Dans la tête du chien, il y avait cette petite voix qui lui parlait. Il devenait déjà fou. C'était très amusant tout de même. Il leva les yeux au ciel comme pour essayer de voir sa drôle de voix. Ce qui était impossible bien sur. Sa robe de sorcier mal mise, il couru dans les couloirs pour arriver à temps au toilette de mimi. C'était très dure de ne pas s'embroncher dans sa robe. Elle était beaucoup trop longue et il faisait des grands pas. Il tomba plus d'une fois à la renverse, mais continuait de courir. Il n'avait pas le droit d'arriver en retard. Il devait se dépêcher. Il n'avait pas eu le temps de manger. Le flemmard avait décidé de dormir. Après tout, il est un chien, flemmard, c'est comme ça. Il couru dans le couloir, avec souplesse et pourtant, il était encore en retard, il devait aller plus vite, mais il ne pouvait risque de se transformer en ce chien noir.
      « Plus vite, plus vite!! » Se répéta-t-il dans un murmure.
    Il avait enfin réussit à monter au deuxième étage. C'était pourtant pas si difficile mais ses cheveux étaient devant ses yeux, sa robe de sorcier n'était pas mise correctement. C'est bien ça, il venait tout juste de se lever et s'il marchait il serait en retard. Il regarda les tableaux animés. Il salua un peu tout le monde au passage et continua d'avancer. Il espérait ne pas être le dernier arriver, de toute manière ce n'était jamais lui, du moins normalement.
      « Tu es beau & fort, tu ne sera donc pas en retard. » dit-il.
    Il courait comme un petit fou, comme un petit garçon qui allait avoir des chocogrenouilles. En faite, il allait peut-être vraiment en avoir qui sait? Il tourna un peu trop tôt pour rentrer dans les toilettes de mimi et se prit l'encadrement de la porte, pourtant elle n'était pas petite.
      « Aie, c'est pas juste!» dit-il un poil plus fort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://olympusschool.frenchboard.com/forum.htm
James Potter

Gryffondor - 5ème année
James Potter



Votre personnage
...est un: élève singulièrement perturbé par les chocogrenouilles
...a: 15 raisons de ne pas se montrer raisonnable.
...a ou n'a pas d'affinités avec:
Puisque c'est mal, on y va... || Peter, James, Sirius [fini] _
MessageSujet: Re: Puisque c'est mal, on y va... || Peter, James, Sirius [fini]   Puisque c'est mal, on y va... || Peter, James, Sirius [fini] EmptyDim 8 Aoû 2010 - 14:03

    - Hehehehe... ricana bêtement James, tu t'es pris la porte.

    Non, le mental de James n'avait pas subitement régressé au statut de morveux de cinq ans. (Enfin peu s'en faut). Mais on pouvait, certes, constater qu'il était dans un état plus que piteux. Lui-même venait d'arriver à peine quelques secondes après Sirius pour voir son ami se prendre l'encadrement de la porte. Ou du moins pour ce qu'il pouvait en voir. Anecdote anodine qui semblait beaucoup le faire rire bizarrement mais dans l'état où il était, il aurait sans doute pu rire d'une mouche qui se cogne contre une fenêtre. Il faut dire que le liquide rougeâtre et gluant qui coulait le long de sa tête n'aidait pas beaucoup. On pouvait même dire que ça lui aérait la tête (bien plus que de bâiller). Il pouvait presque voir la lumière blanche et se grands parents décédés lui faire coucou depuis l'autre côté de la rivière.


    - J'me suis pris un cognard dans la tête ce matin, expliqua-t-il absolument hilare pour une raison inconnue. Hehehehe...

    Contrairement au flemmardissime qui lui servait de meilleur ami, le brave garçon qu'il était avait dû se levé tôt pour aller faire mumuse avec son ballon rouge à bord de l'objet ménager qu'il considérait comme un moyen de locomotion. Mais comme tout maraudeur qui se respecte, James n'était définitivement pas du matin et il avait nettement tendance à rêvasser quand il manquait de sommeil (c'est-à-dire à peu près tous les matins que Merlin faisait). Une erreur d'inattention et il s'était facilement pris la vicieuse petite balle noire dans la tête. Tel un personnage de cartoon, il pouvait déjà voir les étoiles voleter tout autour de sa tête endolorie (comme si elle eut besoin d'être encore plus gonflée que d'habitude).

    Le Gryffondor tituba maladroitement dans les toilettes de Mimi et s'affala sur le sol d'un air béat et satisfait. Il renifla vaguement sa tenue de Quidditch puante et toute dégueulassée et afficha un grand sourire idiot comme s'il était ravi de schlinguer autant qu'un camembert moisi. Quelques brins d'herbes étaient restés collées à sa joue boueuse comme si on lui avait écrabouillé une motte de terre sur la tronche. Pour être plus exact, IL s'était écrabouillé contre la pelouse. C'est qu'il fallait bien ça pour commencer la journée.


    - De quoi on parlait déjà ? Demanda James comme s'il s'adressait à tout plein de gens.

    Seulement voilà, à part lui et Sirius, il n'y avait personne. Ni Remus, ni Peter et même pas Mimi Geignarde qui devait encore dormir dans ses canalisations. C'était tout à fait regrettable, il aimait beaucoup parler avec Mimi. Elle était incroyablement stupide et folle certes, mais elle savait écouter. Si elle avait vécu un peu plus longtemps, elle serait p'têt devenue psy qui sait. Ou alors prêtre dans une église qui écoute les confessions. Mais peut-être qu'à l'époque où elle vivait, il n'y avait pas de psy. Elle avait vécu quand de toute façon ? Au Moyen-Âge ? Ignorant et égocentrique qu'il était, il n'avait jamais songé à le lui demander évidemment. Un mort c'est mort alors pour ce que ça change.

    Pauvre enfant, il ne savait plus du tout ce qu'il disait. Cela dit, il n'était pas beaucoup plus logique en temps normal, alors il était fort à parier que peu de gens fassent la différence entre le lui qui venait de se prendre un cognard dans la tronche et le lui de d'habitude. Si ce n'était pour la grosse bosse sur sa tête et le sang qui en coulait comme une fontaine de coulis à la fraise.


    - Hehehe...

    Retourne te coucher gamin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Peter Pettigrow

Gryffondor - 5ème année
Peter Pettigrow



Votre personnage
...est un: sinistre inconnu sinistrement inexistant
...a: 15 raisons de ne pas se montrer raisonnable.
...a ou n'a pas d'affinités avec:
Puisque c'est mal, on y va... || Peter, James, Sirius [fini] _
MessageSujet: Re: Puisque c'est mal, on y va... || Peter, James, Sirius [fini]   Puisque c'est mal, on y va... || Peter, James, Sirius [fini] EmptyLun 9 Aoû 2010 - 0:37

Contrairement à ses (abrutis de) camarades, Peter (abruti d’un autre genre) n’avait pas dans l’intention de se précipiter tel un malade en direction des toilettes de Mimi Geignarde. Non pas qu’il n’était pas impatient de faire... de faire quoi d’ailleurs?... Bof, peu importe, puisque c’était une activité maraudeuresque, ce serait forcément une activité ultra cool... Donc, non pas qu’il n’était pas impatient de faire un nième truc de maraudeurs dans le super (horrible) nouveau QG du quatuor diabolique (ou pas), mais il était certain d’avoir le temps, de toute manière... Et puis il était pas du matin (lequel d’entre eux avait d’ailleurs pu émettre l’idée stupide qu’il serait super de se retrouver aussi tôt dans la matinée, à une heure où tout individu ayant un minimum de respect pour son propre corps continue à dormir bêtement? ça ne ressemblait à aucun d’entre eux... ça devait être la voix intérieure bizarre et louche de Sirius qui avait parlé à sa place. A croire qu’il fallait tous les interner). Le matin, tant qu’il avait pas comaté un siècle dans son lit et pas pris un immense petit dej (parce que sauter le petit dej, c’est mal), il était capable de rien, de toute façon. Peter y était donc allé tranquillement, à son rythme. Il avait bel et bien comaté dans son lit, pendant que ses camarades étaient occupés à ronfler allègrement, puis il s’était habillé à la va-vite et était allé prendre son petit-déjeuner. Il avait abandonné l’idée que l’un de ses amis l’accompagne dans ce rite sacré, soit ils étaient trop incultes pour comprendre l’immenssissime importance du petit déjeuner, soit ils étaient juste trop flemmards pour le prendre, alors bon... Et donc, il avait pris son petit dej... Et s’était goinfré, comme à son habitude (parce qu’il doit être écrit quelque part, référencé dans quelques annales rédigées dans la nuit des temps, que Peter Pettigrow devait forcément être perçu comme un énorme rat qui passe son temps à s’empiffrer, et livrera ses meilleurs amis contre un cookie... mais un cookie avec supplément de pépites de chocolat, il faut le préciser).

Peter avait dégusté lentement son bol de céréales (ben oui, se baffrer, ça veut pas forcément dire bouffer comme un porc à la vitesse grand V, et en en foutant la moitié à côté)... parce qu’un bol de céréales, ça se savoure, et avait de ce fait prit absolument tout son temps, sans même jeter un coup d’oeil à sa montre. Non, bien évidemment, il n’avait aucune envie d’arriver en retard , il était même le premier à se précipiter au lieu donné dès que les maraudeurs planifiaient le moindre rendez-vous, parce qu’il ne voulait pas en perdre une miette mais là... C’était le matin, quoi! Et puis les autres (James et Sirius en particulier) n’étaient de toute manière jamais à l’heure (parce qu’il fallait respecter le retard de rigueur qui distingue les plus grands, ou une autre connerie du genre) et qui plus est, James était à son entrainement de Quidditch, et arriverait certainement en retard, le temps de se décrasser et tout le reste et Sirius et Remus étaient encore endormis comme des masses au moment où il avait quitté le dortoir. Il ne pouvait tout de même pas deviner qu’il ne savait quel force cosmique allait pousser les deux gryffondors à courir après leur montre tel le lapin blanc dans alice au pays des merveilles (peuf) - ni que James n‘allait pas se doucher avant de les rejoindre, gros dégueulasse qu‘il était, après lui avoir pourtant balancé la veille tout un discours profondément répugnant sur les tama bactéries. Ce fut donc toujours en prenant tout son temps qu’il s’essuya consciencieusement la bouche avec sa serviette, avant de quitter tout aussi tranquillement la table des Gryffondors et de prendre la direction des toilettes de Mimi Geignarde, où ils avaient décidé d’établir leur repère. Le lieu idéal, plus personne n’osait y foutre les pieds... Sauf que... Peter comprenait parfaitement pourquoi. Il aimait pas Mimi, elle lui faisait peur (oui, Peter a peur de tout le monde) avec son horrible tête et sa voix insupportable... Fuuu... Pourvu qu’elle ne soit pas là.

Avant d’entrer dans l’antre du fantôme le plus horripilant de tous les temps, Peter s’était attendu à se retrouver seul, et à écouter le discours suicidaire de l’autre tarée... ou bien à rejoindre ses amis, en train de se marrer après avoir entendu une vanne même pas drôle. Une chose était sûre, il ne s’était pas attendu à... ça. ça, c’était un Sirius sonné, sur le front duquel un bleu géant et/ ou une bosse monumentale menaçait d’apparaître à tous moment, et un James titubant, cradingue et à moitié mort, presque étalé par terre, souriant bêtement comme l’imbécile heureux qu’il semblait être à ce moment précis. Que penser dans une telle situation? Eh bien c’était simple, Peter songea directement qu’ils avaient dû se taper sir la tronche pour une raison obscure (une lutte acharnée pour savoir à qui appartiendrait la dernière chocogrenouille?)... Bizarre. C’était pas vraiment le genre de James et Sirius de se battre - dans un duel acharné, je précise. Mais bon, si c’était pour une chocogrenouille. Peter ne sut un moment pas comment réagir. Puis finalement, il se décida pour l’attitude la plus stupide qui soit (histoire d’être dans le ton). Il forma un V avec ses doigts, et d’un ton calme, il prononça ces quelques mots, pleins de sagesse (ou pas).


« Peace and love, mes frères ! »

ça se passera de commentaires.

_________________
Puisque c'est mal, on y va... || Peter, James, Sirius [fini] Ats-0810 Puisque c'est mal, on y va... || Peter, James, Sirius [fini] Ats-0811 Puisque c'est mal, on y va... || Peter, James, Sirius [fini] Vk-01410

Euh?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sirius Black

Gryffondor - 5ème année
Sirius Black



Votre personnage
...est un: élève singulièrement perturbé par les chocogrenouilles
...a: 15 raisons de ne pas se montrer raisonnable.
...a ou n'a pas d'affinités avec:
Puisque c'est mal, on y va... || Peter, James, Sirius [fini] _
MessageSujet: Re: Puisque c'est mal, on y va... || Peter, James, Sirius [fini]   Puisque c'est mal, on y va... || Peter, James, Sirius [fini] EmptyLun 9 Aoû 2010 - 1:15

    C'est comme si un gros bourdon était dans la tête de Sirius. Imaginez cette petite bête qui vole et qui est dans votre tête, où bien encore mieux un moustique vicieux et agaçant, on a tous eu cette impression, c'est encore plus agaçant, il avait peut-être même un cloche, du moins c'est ce qu'il pensait, ou avait surtout l'impression d'avoir et de ressentir. Il avait oublier ce que faisait un coup sur le front quand on loupe une entrée. (Pourtant ce n'était pas vraiment la chose qu'on pouvait oublier.) De toute manière qu'il s'en souvienne ou non, c'était la même chose, il avait une tache bleu, mauve, une tache moche ou bien même un oeuf de moineaux qui sortait à l'horizontale, ou verticale, peu importe. (Il n'était pas fort en mathématique humaine (il faut que ça existe d'abord), faut dire tout dépend comment on position la tête ça pouvait être les deux. si c'est normalement la bosse va sortir de façon à ce qu'on la voit horizontale et si on pense la tête en avant ou en arrière, oui c'est pareil elle sera verticale, du moins presque.) Sirius se retourna, d'un geste un peu brusque ce qui lui déclancha encore un dig dong intérieur . Il vit son fidèle compatriote, arrivant tout ... comment dire ... Sirius n'arrivait pas à réfléchir, ni même à décrire quoique ce soit, c'était vaste, flou dans son cerveau, c'était bien vrai, il ne réfléchissait pas beaucoup en ce moment mais là il n'avait pas les mots et la bonne vue pour voir comment était son tendre et merveilleux James, son tendre et fantastique James Potter.

      « Ô grand merveilleux, manitou & chef suprême James, que faite vous avec votre jumeau? Que faites vous par un si bon temps à l'intérieur? » Lança un Sirius totalement hors sujet.
    Comment Sirius pouvait-il penser que James avait un frère jumeau, à moins que ce soit encore dans un de ses rêves les plus improbables qu'il ait pu imaginer cette histoire à dormir debout, avec Sirius on dormirait souvent debout. Si on croyait à 100% à ses rêves, il serait déjà devenu le maitre du monde de la bêtise bien 500 fois, au lieu d'avoir fait les 400 coups avec la compagnie maraudoise il en aurait 2458460000 ce qui était peu probable en 5 petites années mais peut-être quand 7 ans et plus il se rapprocherait de ce nombre avec ses compatriotes. C'était peut-être un nouveau défis qu'ils pourraient se lancer entre eux. Il faudrait quand même d'abord qu'ils se souviennent de tout, ce qui n'est vraiment pas gagné.
      « De quoi on parlait déjà ?»
      « De la vaisselle qui n'était peut-être pas propre.» Dit-il sans réfléchir.
    Un petit moment de blanc prit soudain Sirius.

      « Je suppose que tu as attrapé une bonne dizaine de fois le vif d'or, oui tu vois le machin en or avec des ailes?! C'est un vif d'or. » Dit-il comme s'il se donnait la description à lui même.
    Sirius un peu ailleurs se donna une tape sur la tête comme s'il voulait se remettre le cerveau en place, mais il y eut plus un effet dévastateur qu'un effet réparateur. Ainsi, suite à sa petite tape (qui ne servait strictement à rien il faut dire), il secoua sa tête dans tous les sens pour essayer d'apercevoir nettement James, mais ce n'était pas la bonne personne qu'il apercevait, c'était seulement Peter. *J'ai pas rêvé James au moins?* Pensa-t-il soucieusement.

      « Peace and love, mes frères ! »
      « Qu'est ce que tu racontes encore? » Commença Sirius« Mais sérieusement, je sais que je dis des choses qui sont débiles mais pourquoi je continue à parler comme un petit imbécile qui ne sait pas ce qu'il dit et qu'il se tape un monologue, solo, seul, sans ami ... et qui ... non je sais plus. Je disais quoi? Waaah la porte c'est pas bon de bon matin. » Dit-il avec les esprits qui devenaient un poil et demi plus clair.
    Qu'avait-il dans sa petite tête pas très maligne à ce moment même. Il n'était même pas arrivé à entrer dans les toilettes. Il remonta sa manche posa sa main sur son front et chercha de son autre main l'encadrement de la porte. Il scruta de son regard vicieux et persan les toilettes pour voir où il marchait, il garda sa main sur le front et avança tout de même.

      « Je vous salue Mimi. » Dit-il en faisant le redoutable soldat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://olympusschool.frenchboard.com/forum.htm
James Potter

Gryffondor - 5ème année
James Potter



Votre personnage
...est un: élève singulièrement perturbé par les chocogrenouilles
...a: 15 raisons de ne pas se montrer raisonnable.
...a ou n'a pas d'affinités avec:
Puisque c'est mal, on y va... || Peter, James, Sirius [fini] _
MessageSujet: Re: Puisque c'est mal, on y va... || Peter, James, Sirius [fini]   Puisque c'est mal, on y va... || Peter, James, Sirius [fini] EmptyLun 9 Aoû 2010 - 20:22

    Alors que Peter daigna enfin pointer le bout de son nez, James eut la présence d'esprit de se passer la tête sous l'eau du robinet plein de Tama bactéries pour se rafraîchir l'esprit et ce, non sans lâcher un grognement plaintif. Ca sonnait un peu cromagnon, certes, mais c'était toujours mieux que s'il s'était mis à gueuler « Ca piiiique ! P*tain, ça pique ! ». Faisait plus mâle. Et puis il faut dire, qu'on n'avait besoin pas besoin de deux personnes dans la pièce ayant l'air de s'être shooté à l'herbe toute la soirée. Sirius semblait déjà remplir ce rôle à merveille. Ca n'empêcha pas James de ricaner comme un dément pendant une bonne minute avant de se racler la gorge comme si de rien n'était. Bref, passons.

    - Le vif d'or ? Qu'est-ce que tu m'chantes, il est dans ma...


    La main de l'adolescent se referma sur la petite boule dorée fourrée tout au fond de la poche de son uniforme cradossé. Dans les tréfonds de sa mémoire, l'image très lointaine de l'attrapeur de l'équipe qui cherchait de fond en comble le vif lui vint à l'esprit. Le pauvre bougre devait sans doute encore en train de le chercher à l'heure qu'il est. Oups. Bah, aucune importance. Il faut dire que c'était mal foutu toutes ces balles. Pourquoi n'y avait-il que l'attrapeur à avoir le droit de toucher au vif d'or ? Elle était si mimi et brillante, si petite et brillante, avec des ailes et puis brillante aussi. Oui, un James Potter c'était comme un gamin, il avait tendance à très vite divaguer et à être attiré par les petits objets brillants.

    Bref aucune importance. Il fit mine de ne pas faire attention à Sirius, qui visiblement parlait, tout seul parce que ça faisait franchement peur (genre, il était bien placé pour parler) et se tourna vers Peter, qui semblait vouloir s'improviser nouveau disciple de Gandhi (ou d'un hippie ivrogne, au choix). Il sentait le p'tit déj. Le chien de la bande, ce n'était certainement pas lui, mais ça n'empêchait pas que James avait un odorat super développé pour tout ce qui touchait à la bouffe (comme tout maraudeur qui se respecte) et Peter dégageait l'odeur du p'tit déj, le bougre.


    - T'as mangé sans nous ? Demanda-t-il d'un ton super accusateur.

    C'était tout simplement honteux. Mince. Et maintenant que Peter puait l'odeur de bouffe, il n'allait pas pouvoir s'empêcher de penser à son casse-dalle jusqu'à ce qu'il puisse poser un pied sur le sol béni de la grande salle. Et rien qu'à cause de ça, il n'allait pas non plus pouvoir réfléchir à la prochaine connerie qu'ils allaient bien pouvoir faire afin de terroriser petits et grands. Et comme Sirius était parti très loin au pays des carpes volantes, il ne fallait pas non plus compter sur lui. Voilà, maintenant c'était fini, ils allaient devoir abandonner le nom des maraudeurs parce qu'ils n'avaient pas su être dignes de leur nom aujourd'hui. C'était horrible, les gens allaient les huer, ils finiraient tous par crever sous un pont miteux, sans emploi, sans maison, seuls au monde... Eventuellement, James irait vivre avec les cerfs sauvages dans la forêt où il brouterait de l'herbe, des feuilles, des baies, des champignons... soit il finirait intoxiqué aux champignons, soit il finirait en terrine de cerf au super marché. Et un monde sans le grandissime James Potter, c'était tout bonnement la fin du monde, la fin du monde !


    - Tu viens de causer la fin du monde, j'espère que t'es fier de toi ! Conclut-il gravement.

    Ca aussi, ça se passera de commentaires malheureusement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Peter Pettigrow

Gryffondor - 5ème année
Peter Pettigrow



Votre personnage
...est un: sinistre inconnu sinistrement inexistant
...a: 15 raisons de ne pas se montrer raisonnable.
...a ou n'a pas d'affinités avec:
Puisque c'est mal, on y va... || Peter, James, Sirius [fini] _
MessageSujet: Re: Puisque c'est mal, on y va... || Peter, James, Sirius [fini]   Puisque c'est mal, on y va... || Peter, James, Sirius [fini] EmptyMar 10 Aoû 2010 - 16:20

Bon... Apparemment, ils ne s’étaient pas mis sur la tronche mais... mais alors quoi? Cette solution aurait tout de même été la plus commode pour justifier l’état dans lequel se trouvaient ses deux camarades à l’instant précis. Sirius avait l’air tellement stone qu’on aurait dit qu’il avait dégusté une gigantesque omelette aux champignons hallucinogènes avant de venir, et James, ben... Ou alors c’était ça, tout simplement.. Tsss... Il fallait bien que ça arrive un jour. A plonger de plus en plus dans la délinquance, ils en étaient enfin arrivés à son stade le plus extrême : ils s’étaient bourrés la gueule/ avaient fumé un joint... Mais quand même, de si bon matin, il y avait des heures à respecter pour ce genre de choses, non (enfin, Peter le supposait, en tous cas)? Et puis, ils auraient quand même pas fait ça sans eux? (rapide vision de Remus en train de se rouler un pétard. Hum...) Enfin, sans lui? Il doutait fort que ce soit son truc, mais si c’était le cas, ben il voulait faire pareil, d’abord. Peuh, tu parles de meilleurs amis! Mais non, quand même, il était définitivement trop tôt pour supposer qu’ils avaient bu comme des trous et fumé comme des pompiers. La vérité était ailleurs, insondable, et après avoir essayé en vain de faire travailler ses deux pauvres neurones, Peter décida d’abandonner l’idée de comprendre ce qui s’était passé, et d’aller tout simplement le leur demander une fois qu’ils auraient retrouvé leur état normal (en espérant vraiment qu’ils le retrouvent un jour, parce que là, c’était franchement flippant).

En attendant, Peter se contenta donc de croiser les bras, en attendant que quelqu’un ait enfin la brillantissime idée de prononcer ne serait-ce qu’un seul mot d’un brin censé. Et ce fut James qui s’en chargea... Enfin vite fait, quoi, parce qu’il y avait tout de même plus sage et éclairée comme réplique que celle qu’il venait de lui faire au sujet du petit-déjeuner, qu’il était en effet allé manger sans eux, comme souvent. Malheureusement, la remarque qu’il ajouta vint lui rappeler que James n’était pas encore dans les meilleures dispositions mentales qui soient. Ben oui, il avait pris son petit déjeuner sans eux, c’est pas comme si c’était la première fois. Et s’ils avaient été assez idiots pour pas manger avant de venir, c’était leur problème, d’abord, ça signifiait qu’ils n’étaient pas assez à l’écoute de leurs estomac, ce qui était évidemment une erreur des plus grossières, il faut toujours être à l’écoute de son estomac. Enfin s’ils voulaient, ils pourraient toujours reprendre un petit-déjeuner ensuite, Peter était un hobbit dans l’âme, enchaîner deux petits déjeuners à la suite, ça ne l’effrayait pas le moins du monde. Donc non, il allait même pas prendre cinq minutes pour culpabiliser, c’était pas comme si c’était pas super courant qu’ils prennent pas leur petit dej ensemble. A l’inverse de ses deux camarades, qui en période de cours, essayaient de grapiller le plus d’heures de sommeil possible, lui, dès que son réveil sonnait, il se ruait vers la grande salle. Quand il s’agit de manger, plus rien d’autre ne compte, c’est évident.


« J’vais essayer de vivre avec ce poids sur les épaules. »
se contenta-t-il de répondre, conscient que quelle que soit la réponse qu’il donnerait pour l’instant, elle entrerait par une oreille et sortirait par l’autre.

C’était presque désespérant, et un peu triste. James et Sirius, ses exemples suprêmes, les divins objets de son admiration et de sa vénération la plus totale dans un état aussi lamentable (bon, James s’était calmé, c’était déjà ça - les répliques du genre « la fin du monde », c’était plus ou moins son état habituel ) mais où allait le monde? Heureusement qu’il était le seul à assister à cette triste déchéance, ça aurait ruiné la réputation des maraudeurs... Quoi qu’il aurait bien aimé que Remus vienne à son secours, il était plus doué que lui pour régler ce genre de cas d’extrême urgence. Parce que lui, là, entre les accusations de James et les divagations incompréhensibles de Sirius (parce que pour sûr, Peter avait pas pigé un mot de ce que Sirius avait pu dire jusqu’à maintenant), il était vraiment verni.

« Fallait manger avant de venir... »

En fait, c’était peut-être ça, leur problème, à tous les deux, ils se faisaient une crise d’hypoglycémie, voilà tout. Bon... La situation ne pouvait pas durer, on se serait cru dans une pièce de théâtre absurde, il devait bien y avoir un moyen de régler le problème. Une petite voix dans sa tête lui avait déjà trouvé une réponse toute faite *une torgnole*. Peut-être, ouais, mais il allait quand même pas mettre un pain à Sirius! Si? Non... Bien sûr que non. Quel vénérateur irait gifler son idole? Pourtant, le mot « torgnole » n’arrêtait pas de lui venir à l’esprit. Il lança un léger regard à James, vaguement suppliant, comme pour lui demander l’accord suprême de baffer son meilleur pote, et il lui sembla vaguement que James avait approuvé d’un signe de tête. Oh puis zut, advienne que pourra! Sans y réfléchir plus longtemps, Peter administra à Sirius une giffle relativement forte - mais amicale quand même, hein! Dans l’espoir de lui remettre les idées en place et... bon... il devrait pas le dire. Mais n’empêche, ça faisait du bien de temps à autres.

_________________
Puisque c'est mal, on y va... || Peter, James, Sirius [fini] Ats-0810 Puisque c'est mal, on y va... || Peter, James, Sirius [fini] Ats-0811 Puisque c'est mal, on y va... || Peter, James, Sirius [fini] Vk-01410

Euh?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sirius Black

Gryffondor - 5ème année
Sirius Black



Votre personnage
...est un: élève singulièrement perturbé par les chocogrenouilles
...a: 15 raisons de ne pas se montrer raisonnable.
...a ou n'a pas d'affinités avec:
Puisque c'est mal, on y va... || Peter, James, Sirius [fini] _
MessageSujet: Re: Puisque c'est mal, on y va... || Peter, James, Sirius [fini]   Puisque c'est mal, on y va... || Peter, James, Sirius [fini] EmptyMar 10 Aoû 2010 - 17:08

    Comment ça? Comment avait-il pu? James avait fait cette remarquer, une remarque très intéressente. Manger, manger, manger. Sirius n'avait pas mangé, Sirius avait loupé le repas du matin, Sirius avait oublié d'aller manger, mais comment? Comment avait-il plus oublier une chose si existentielle, un chose si importante pour lui et pour les maraudeurs. Imbécile, imbécile. Sirius regarda de tous les cotés, il observa Peter avec d'énorme gros yeux. Ses yeux étaient aussi gros et globuleux que ceux d'une grenouille. Il avait l'air tellement débile dans la posture qu'il abordait. Manger, son ventre gargouilla, il avait faim horriblement faim. Son cerveau resta sur le mot manger. Il s'en fichait incroyablement que Peter avait mangé avant eux, il avait l'habitude, il ne comprit pas spécialement la remarque de James, mais il s'en voulait d'avoir sauter le repas. Comment avait-il pu faire ça à son corps? Comment?
      « J'ai oublié de manger, j'ai oublié d'aller manger. » dit-il

    Sirius tourna sur lui même deux ou trois fois, impossible à savoir, il tournait tellement bizarrement qu'on aurait cru qu'il avait encore un peu bu. Non Sirius n'avait pas bu avant détrompez-vous, il était juste fatigué et affamé. Il regarda James puis Peter, Peter puis James, puis une claque. Qu'est ce qu'une claque pouvait lui faire du bien. Qu'est ce qu'il aimait ça, enfin non, pas aimait, enfin il trouvait simplement que ça m'était les choses au clair, surtout à ce moment là. C'était très intelligent de la part de Peter, il avait bien agit Peter, il avait bien fait Peter. Une bonne tarte dans la figure, une tarte, il se tourna vers Peter.
      « Tu m'as mit un tarte alors que je n'ai pas mangé t'es fou toi?! Tu veux que je fasse une attaque? Où bien que je te mange tout cru? » Demanda-t-il

    C'était bien faux, il n'allait jamais avoir d'attaque parce qu'il n'a pas mangé. C'était surement la chose la plus ridicule qu'il sortit depuis deux minutes, deux misérables minutes mais c'était quand même 120 secondes, 120 petites second qui étaient si longues et si ... Non, 2 minutes c'était horriblement cours.
      « J'ai faim, j'ai faim. Pourquoi on s'est réunit si tôt au toilette en faite? » Demanda-t-il

    Sirius se déconnecta du monde réel quelques misérables minutes. Il se sentait étrange et ne comprenait plus grand chose. Il n'arrivait pas à se remettre les idées au clairs, il était mélangé. Il repensa à tout depuis son réveil. Il s'était levé en vitesse, il avait couru pour ne pas être en retard et était arrivé le premier, jusque là rien ne clochait alors pourquoi était-il partit dans un violent délire non maraudois?! Il réfléchit encore, après son arrivé il s'était prit la porte, mais ce n'était pas le coup dans la tête tout de même?! Il s'en était prit des centaines de coups alors pourquoi il avait réagit comme ça? Ensuite il y eut James, Peter et l'odeur de la nourriture. C'était bien ça, son état totalement imbécile venait de là. Il n'avait pas mangé. Pourtant c'est ce qu'il avait répété depuis le début, pourquoi venait-il de réfléchir longuement sur ça? C'était vraiment stupide de sa part, il venait de perdre un temps fou à réfléchir alors qu'en temps normal il n'en avait pas besoin.
      « Je suis fou les gars. » dit-il


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://olympusschool.frenchboard.com/forum.htm
James Potter

Gryffondor - 5ème année
James Potter



Votre personnage
...est un: élève singulièrement perturbé par les chocogrenouilles
...a: 15 raisons de ne pas se montrer raisonnable.
...a ou n'a pas d'affinités avec:
Puisque c'est mal, on y va... || Peter, James, Sirius [fini] _
MessageSujet: Re: Puisque c'est mal, on y va... || Peter, James, Sirius [fini]   Puisque c'est mal, on y va... || Peter, James, Sirius [fini] EmptyMer 11 Aoû 2010 - 0:39

    Sirius, toujours en plein délire, se mit à parler de bouffe. Voilà, maintenant James regrettait amèrement d'avoir abordé le sujet du p'tit déjà qu'il n'avait pas eu. Ca n'améliorait pas l'état de son idiot de meilleur ami qui était à deux doigts de leur faire une hypoglycémie et encore moins le mal de tête de James, qui ne l'avait guère réalisé mais avait toujours le crâne à moitié ouvert. Mais peu importe, si au moins Sirius pouvait tomber dans les pommes, au moins il n'aurait pas eu à écouter ses âneries. Ou si lui-même tombait dans les pommes, il n'aurait pas non plus à écouter dans ce cas-là. Mais seulement voilà, un maraudeur ayant la tête étonnamment dure et la résistance d'un cafard (enfin, peut-être pas pour Sirius cela dit, étant donné la facilité déconcertante avec laquelle il s'était à moitié assommé en se cognant très vaguement à une porte), aucun des deux ne tourna de l'oeil. En revanche, il échangea un regard avec Peter qui voulait tout dire.

    « Torgnole ! Torgnole ! » scanda-t-il intérieurement et sitôt pensé, voeu exaucé. Et Peter n'y était pas allé de main morte à sa grande satisfaction. Sirius sembla se ressaisir pendant trente secondes. Et puis les trente secondes de lucidité passèrent. Est-ce qu'il venait de rêver où Sirius venait tout juste d'annoncer qu'il voulait bouffer Peter tout cru ? Merlin. Peut-être était-ce parce que James en était à une période de son adolescence où les hormones le travaillaient durement, il ne put s'empêcher de noter le double sens de la phrase. Idée stupide qu'il balaya rapidement avant de devoir gerber sur place.


    - Tu sais, la viande de rat, en plus de n'avoir pas grand chose, je pense que ça a mauvais goût... mais le cerf aussi remarque, ajouta-t-il espérant balayer chez Sirius toute idée de cannibalisme.

    La baffe ne semblait pas lui avoir fait que du bien, parce que maintenant Sirius semblait complètement péter un câble comme une vieille horloge à coucou déréglée. Il faisait carrément une fixation sur le fait de ne pas avoir mangé (tout à fait naturel) et devenait fou, ça c'était sûr. « T'es lourd » grogna James dans sa barbe en écoutant d'une oreille très distraite les divagations de son ami qui semblait en pleine réflexion intensive dans son monde imaginaire. Attendant que ce dernier finisse son tour de manège chez La La Land, James sortit un chocogrenouille de sa poche. Qui ne se trimballe pas au moins un chocogenouille dans sa poche ? Il n'en proposa évidemment pas aux autres : Peter avait déjà mangé donc bien fait pour lui et Sirius, il fallait le laisser délirer tranquillement.

    Et puis pourquoi ils s'étaient réunis dans les chiottes de si bon matin ? Ca c'était une bonne question. Si c'était pour avoir une discussion Maraudeurienne aussi constructive que celle-ci, c'était peine perdue. James commença à maudire intérieurement le crétin qui avait bien pu instaurer cette tradition. Du moins, avant de se rappeler que ce n'était sans aucun doute ni Peter, ni Remus et donc par conclusion soit lui-même ou l'autre fou furieux. Bon, c'était décidé, plus de réunion le matin.

    Finalement, après quelques minutes de pétage de câble, Sirius en vint à la conclusion qu'il avait un grain dans la tête. Bien. Ils ne s'en étaient pas le moins du monde aperçu depuis le temps. C'est qu'il cachait drôlement bien son jeu, ma foi.


    - C'est bien, le premier pas vers la guérison c'est d'admettre que tu vas mal
    , fit James, du chocolat plein la bouche, en tapotant d'un air contrit l'épaule de son camarade de misère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Peter Pettigrow

Gryffondor - 5ème année
Peter Pettigrow



Votre personnage
...est un: sinistre inconnu sinistrement inexistant
...a: 15 raisons de ne pas se montrer raisonnable.
...a ou n'a pas d'affinités avec:
Puisque c'est mal, on y va... || Peter, James, Sirius [fini] _
MessageSujet: Re: Puisque c'est mal, on y va... || Peter, James, Sirius [fini]   Puisque c'est mal, on y va... || Peter, James, Sirius [fini] EmptyMer 11 Aoû 2010 - 21:33

Sur le coup, Peter avait été fier de lui, il avait reçu la totale approbation d’un de ses grands manitous pour torgnoler son autre grand manitou, certes, c’était une chose qui ne se faisait pas, mais c’était bien, par moments, de faire ces choses qu’on ne s’imaginerait jamais faire. Et puis, torgnoler Sirius, c’était une occasion qu’il n’aurait qu’une seule fois dans toute son existence, il ne pouvait décemment pas la laisser passer... Quoi qu’au rythme où ça allait, peut-être que Sirius ne retrouverait jamais son état normal, malgré toutes les baffes du monde... Mais dans ce cas, il n’y aurait plus qu’à l’envoyer direct à Sainte Mangouste et à prier pour son âme. Parce que oui, au début, Peter avait bel et bien pensé que le coup qu’il avait fichu à Patmol lui avait remis les idées en place, mais il s’était vraisemblablement trompé... Il aurait peut-être dû frapper un peu plus fort, en fait... mais il n’allait pas réitérer l’expérience, il ne manquerait plus que Sirius reprenne soudainement conscience et lui en flanque une en retour... déjà qu’il avait l’air sur le point d’essayer de le dévorer. Il devait avoir un accès de fièvre ou quelque chose du genre, ça devenait un peu inquiétant. Oui, Peter avait plus ou moins pris le parti de s’inquiéter pour Patmol, parce qu’il ne supportait pas de voir l’un de ses idoles dans un aussi piteux état, mais ce n’était pas le cas de James, qui avait l’air d’avoir finalement complètement lâché l’affaire, machouillant tranquillement et négligemment son chocogrenouille. Peuuuh! Comment osait-il l’accuser de prendre le petit-déjeuner sans eux alors qu’il se baladait avec des chocogrenouilles dans les poches? Non mais franchement! Et tu parles qu’il en partagerait avec ses meilleurs amis - bon ok, il avait déjà mangé, mais même quoi! Il y avait toujours de la place dans n’importe quel estomac pour une chocogrenouille, question de principe!

Bref... James avait décidé (en plus de bouffer des chocogrenouilles sous leur nez, ce qui était positivement criminel - et dangereux, Peter s’attendait à tout moment à voir Sirius se ruer sur la friandise avec un air de Neandertal affamé qui aurait trouvé un mammouth) d’attendre que ça passe, et après un moment durant lequel Peter se demanda vaguement s’il était bien moral de laisser Sirius dans cet état, il décida de prendre le parti de Cornedrue, perspective quand même vachement moins fatigante que celle de trainer Sirius jusqu’à l’infirmerie. Bof, il allait bien finir par s’en sortir, hein? Après tout, se cogner la tête avec rien dans le ventre, c’était une épreuve certes douloureuse de la vie, mais par laquelle il fallait bien passer un jour. Peut-être que Sirius avait plus de mal parce qu’il avait découvert cette expérience excessivement tard. Quelle tristesse. Ne voulant pas pour autant enfoncer Sirius (il préférait quand même se la jouer profil bas, après le coup mémorable qu’il venait de lui foutre), Peter se contenta de vaguement acquiescer lorsque son camarade aux cheveux ébouriffés et à la tenue puante fit remarquer à son meilleure ami qu’il venait d’entamer le lourd et fastidieux processus qui mène à la guérison.

Breeef (une fois de plus) et après? C’était pas franchement fascinant, tout ça, ils étaient tout de même habitués à des réunions un peu plus... intéressantes, et un peu moins insolites. Où étaient les projets d’emmerdement massif des verts et argents? Franchement, s’ils n’incluaient pas un seul de ces projets dans leur conversation, alors il faudrait peut-être considérer que c’était la fin d’une époque, que les maraudeurs étaient morts, bel et bien morts et qu’il n’y avait plus rien à espérer de cette belle époque. Snif. Enfin non, c’était pas possible. Il y avait Remus et son petit problème de fourrure. D’ailleurs il soulait, Remus, à toujours pas être là, une troisième personne n’aurait sans doute pas été de trop pour mettre un peu d’ordre dans les idées de Sirius. Mais bon, il semblait que pour l’instant, ils allaient faire sans lui. Il avait sans doute oublié leur rendez-vous matinal? Après tout, un rendez-vous si tôt dans la matinée, Remus avait tout à fait pu le prendre pour une hallucination auditive.


« On fait quoi? »

... Ou la question qui sert à rien mais que tout le monde pose, histoire d’obliger l’autre à répondre à sa place. Enfin bon, là, c’était l’ordre naturel des choses, ce n’était pas comme si c’était Peter qui prenait les décisions, lui, il se contentait de suivre, et ça lui convenait très bien, donc si quelqu’un devait décider de planifier la suite des opérations, il ne pouvait s’agir que de l’un de ses interlocuteurs (enfin là, en l’occurrence, il fallait sans doute davantage compter sur James)... Le regard de Peter se tourna donc instinctivement vers Cornedrue, espérant que celui-ci trouverait une solution miraculeuse afin de les sortir de cette situation incongrue où ils semblaient s’être embourbés.

_________________
Puisque c'est mal, on y va... || Peter, James, Sirius [fini] Ats-0810 Puisque c'est mal, on y va... || Peter, James, Sirius [fini] Ats-0811 Puisque c'est mal, on y va... || Peter, James, Sirius [fini] Vk-01410

Euh?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sirius Black

Gryffondor - 5ème année
Sirius Black



Votre personnage
...est un: élève singulièrement perturbé par les chocogrenouilles
...a: 15 raisons de ne pas se montrer raisonnable.
...a ou n'a pas d'affinités avec:
Puisque c'est mal, on y va... || Peter, James, Sirius [fini] _
MessageSujet: Re: Puisque c'est mal, on y va... || Peter, James, Sirius [fini]   Puisque c'est mal, on y va... || Peter, James, Sirius [fini] EmptyMer 11 Aoû 2010 - 22:22

    - Tu sais, la viande de rat, en plus de n'avoir pas grand chose, je pense que ça a mauvais goût... mais le cerf aussi remarque. *James aurait pu évité cette remarqua* pensa-t-il, c'est vrai, il y eut un temps il mangeait du cerf mais maintenant il avait arrêté, bien sur tout ça à cause de l'animagus de James et il en était fière, mais quand même, la viande d'un cerf était bien meilleure que celle d'un rat c'est vrai, mais si Peter continuait à lui mettre une torgnole, c'est lui qu'il mangera et personne d'autre.

    Son état, comment pouvait-il être aussi pitoyable, comment pouvait-il avoir atteint un niveau si bas? Il était là, et parlait pour ne rien dire, c’était stupide, absurde. Normalement ils se réunissaient pour comploter un plan. Un plan plus où moins foireux. Mais là Sirius était si … si arrogant, même lui-même avait envie de se donner un gifle. Il se scandalisait lui-même, il avait atteint un niveau de folie incontestablement élevé. Un simple coup sur la tête et le voilà partit dans des délires totalement superflu. Alors si pendant un duel il se prenait un coup, il allait partir en vrille aussi vite? Si c’était le cas il pouvait dire au revoir aux maraudeurs, il devait quitter le groupe. Il serait tombé bien bas et se ridiculiserai au plus haut point. C’est comme si les pensées d’un avenir anéantit lui trottaient dans la tête. Il ferma les yeux fortement, l’odeur des chocogrenouilles l’hanta, il força ses yeux à se fermer et à son ventre à se concentrer. Il devait résister.
    « Je ne dois pas tomber si bas » Murmura-t-il.

    Sirius résista à la tentation du chocogrenouille. Il ouvrit ses gros yeux et regarda James qui mâchait son chocolat. Pourquoi lui faisait-il ça? Avait-il une raison particulière? Pourquoi à ce moment là? Il aurait pu attendre et depuis quand avait-il des chocos dans ses poches? Il plongea à son tour ses mains dans ses poches mais ne trouva rien malheureusement. Trop de questions lui tournaient dans la tête, c’est comme si tout se bousculer, comme si son cerveau allait explosé comme une bombabouse. Sauf que ça ne sentirait pas grand-chose, du moins normalement.
    Quel bêtise avait-il encore en tête? Sirius ne comptait pas sauter sur James pour lui voler son manger, mais il avait autre chose en tête. Un plan foireux? Un plan contre les serpentards? Pour le moment il ne voulait rien dire.
    « On va concocter encore un plan diabolique, Peter » Dit-il avec un sourire. « Quand on est ici Peter, que faisons-nous? C'est moi le fou normalement non? » Ajouta-t-il le regard malicieux

    Un plan diabolique? Lequel? Il laissa un rire assez ridicule sortir de sa bouche. Il était ridicule, mon dieu il faisait vraiment honte à voir comme ça. Il avait l’air crade coiffer comme ça. Il s’avança près d’un robinet, et passa sa tête sous l’eau pendant bien 2 petites et minuscules minutes. Il ferma les yeux et laissa l’eau froide coulée dans sa nuque, sur son visage, dans ses cheveux emmêlés. Il passa sa main dans ses cheveux, et releva sa tête.
    Il n’avait pas de chance aujourd’hui, vraiment pas de chance, il se cogna de nouveau la tête, ferma les yeux comme pour les empêchait de partir. Il posa sa main sur sa nique et regard, une petite goutte de sang était présente.
    « Aie » marmonna-t-il «Ce n'est pas ma journée je crois aujourd'hui, hihi ! » Divagua-t-il

    Patmol savait très bien se qu’on pensait de lui à ce moment-là. Il savait très bien qu’il était hilarant, ridicule, défoncer et bien d’autre, mais il n’y pouvait rien, il avait faim, il était fatigué, il voulait dormir et manger, quel idée une réunion le matin quand même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://olympusschool.frenchboard.com/forum.htm
James Potter

Gryffondor - 5ème année
James Potter



Votre personnage
...est un: élève singulièrement perturbé par les chocogrenouilles
...a: 15 raisons de ne pas se montrer raisonnable.
...a ou n'a pas d'affinités avec:
Puisque c'est mal, on y va... || Peter, James, Sirius [fini] _
MessageSujet: Re: Puisque c'est mal, on y va... || Peter, James, Sirius [fini]   Puisque c'est mal, on y va... || Peter, James, Sirius [fini] EmptyJeu 12 Aoû 2010 - 16:23

    James savourait délibérément son chocogrenouille et lentement, c'était certain. Il ne fallait pas autant de temps pour manger un ridicule petit morceau de chocolat. Surtout de la part de quelqu'un qui pouvait engloutir l'équivalent d'une vache en quelques minutes. Mais il fallait avouer qu'il trouvait ça absolument tordant de torturer Sirius un peu plus longtemps. Rien que l'expression qu'afficha ce dernier en valait la peine. Il s'abstint tout de même de rire et fit semblant de rien.

    Et puis là, soudainement, sorti de nulle part, Peter sortit une question extrêmement brutale. « On fait quoi ? ». Bah, il en savait rien lui. C'est qu'il avait l'air de le regarder l'autre en plus en posant sa question, tout à fait justifiée. Ils étaient arrivés depuis un moment déjà et ils n'avaient rien fait de constructif depuis, et encore moins un quelconque échafaudage de plan diabolique. James n'avait pas du tout réfléchi à la question avant de venir. Faut dire qu'il avait été plus ou moins occupé par le fait de devoir dormir et tout ça. C'était déjà pas net qu'ils se soient donnés rendez-vous vachement plus tôt que d'habitude mais si en plus fallait leur demander de réfléchir, alors là on n'était pas sorti de l'auberge. Mais Sirius semblait s'être repris et peut-être allait-il tous les sauver de la misère en leur sortant une idée grandiosissime typique des maraudeurs. Ou pas. Et visiblement pas. Un plan diabolique d'accord, mais quoi ?


    - C'est bien joli les grands mots, mais tu as une idée pour aller avec ou on doit se contenter de l'emballage ? Demanda James en haussant un sourcil plein de doutes

    Ca, plein de doutes, il l'était, principalement par l'état d'esprit de Sirius, mais au moins on entrait déjà dans le vif du sujet. Il fallait au moins faire en sorte qu'ils ne se soient pas levés tôt pour des prunes (et toute l'équipe de Quidditch pendant qu'on y était, parce qu'il avait été assez insensible pour obliger tout le monde à se lever plus tôt et suivre son petit emploi du temps de maraudeur).

    Bref, place à la réflexionnalisation. Il y avait tant de choses qu'ils auraient pu faire et pourtant rien ne le frappait comme particulièrement brillant. Tant de choses, ça passait par des petites conneries du genre colorant dans les cheveux, et crapauds dans les sous-vêtements, alors dans le genre plus recherché on faisait mieux. Peut-être qu'en première année ils s'étaient abaissés par ces petites blagues peu remarquables, mais désormais ils avaient grandis. Ils n'étaient plus de simples petits morveux incapables, cette année était autre : ils étaient grands, beaux, forts, intelligents et tout le package donc par conséquent il fallait marquer le début de la rentrée scolaire par une idée brillante. Et mieux que tout, ils maîtrisaient finalement leur forme d'animagus (enfin plus ou moins et avec une petite marge d'erreur parfois mais passons). Il fallait définitivement utiliser ça.


    - Bon, voilà ce qu'on peut faire. Il faut profiter de notre nouvelle forme d'animagus, surtout celle de Peter qui peut quasiment disparaître. Si on ne trouve rien de spectaculaire, on peut tout aussi bien créer toute une série d'évènements simultanés aux quatre coins du château. Pendant ce temps-là, nous on n'aura en apparence pas bougé de la salle commune (il nous faut des témoins oculaires) donc impossible de nous accuser directement sans preuve.

    C'est pas que c'était pas marrant de se faire coller, m'enfin quand même. Avec toutes les heures qu'ils s'étaient amassés depuis la première année, il aurait pu faire tellement d'autres choses (aller jouer au Quidditch, s'entraîner au Quidditch, cirer son balai, trier sa collection de Quidditch Mag, et j'en passe). Seulement voilà, le problème c'est que s'ils ne se faisaient pas prendre, comment savoir qui était à l'origine du désordre ambulant ? Et leur réputation ? Enfin, désormais ce n'était plus un souci. L'intégralité des élèves et des professeurs avait largement tendance à tout leur mettre sur le dos, même s'ils n'y étaient absolument pour rien. Ce n'était pas gênant en soi, mais s'approprier le dur travail des autres n'était vraiment pas chic. Qui sait combien de temps avaient passés les pauvres petits à planifier la ruine de Poudlard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Peter Pettigrow

Gryffondor - 5ème année
Peter Pettigrow



Votre personnage
...est un: sinistre inconnu sinistrement inexistant
...a: 15 raisons de ne pas se montrer raisonnable.
...a ou n'a pas d'affinités avec:
Puisque c'est mal, on y va... || Peter, James, Sirius [fini] _
MessageSujet: Re: Puisque c'est mal, on y va... || Peter, James, Sirius [fini]   Puisque c'est mal, on y va... || Peter, James, Sirius [fini] EmptyVen 13 Aoû 2010 - 11:56

Ouf, il avait fallu du temps pour que ça arrive, mais enfin, la conversation avait pris une tournure un peu plus... maraudeuresque? (néologisme, peut-être, mais il viendrait nécessairement un jour où cet adjectif apparaîtrait dans le dictionnaire, en attendant, il anticipait). Concocter un plan diabolique. Suggestion de Sirius. Surprenant! Reprendrait-il peu à peu ses esprits? Il fallait croire que oui, et c'était tant mieux, la situation n'aurait pas pu durer ainsi trop longtemps... Elle se serait peut-être achevée par une nouvelle torgnole. Donnée par qui? mystère! Peu importe, puisqu'au final, aucun d'eux n'en arriverait finalement à une telle extrémité, du moins pour le moment en tous cas. Bref, oui, un plan diabolique, ça allait de soi, c'était ce qu'ils faisaient toujours, ils concoctaient sans arrêt des plans, plus ou moins habiles, et ils les qualifiaient de diaboliques, parce que c'était toujours plus classe de dire qu'un plan était diabolique (même quand il s'agissait juste de verser du laxatif dans les pichets de jus de citrouille de la table des serpentards). Comme Sirius n'avait pas l'air de vouloir développer plus que ça, ce fut James qui s'en chargea, et il fallait croire qu'il avait de la suite dans les idées, sa suggestion n'était pas mauvaise du tout (mais en même temps, aucune des suggestions des maraudeurs ne pouvait être mauvaises, si quelqu'un avait cela à l'esprit, ce devait forcément être parce qu'il subissait ou les effets de drogues durs, ou une hallucination généralisée).

C'est vrai que jusqu'ici, ils n'avaient pas beaucoup profité de leur statut tout beau tout neuf d'animagi non déclarés, et pourtant, c'était l'occasion de faire encore plus de bêtises... avec l'avantage considérable de ne pas se faire repérer. Peter fut plus ravi encore d'entendre James affirmer que sa forme d'animagus était un atout. Jusqu'ici, il fallait bien dire que Peter en avait sérieusement douté. A l'instant même où ils avaient décidé de devenir des animagi pour Remus, Peter avait été convaincu qu'il se transformerait forcément en un truc stupide et profondément inutile, genre en escargot ou en pingouin. Finalement, il était devenu un rat... ce qu'il trouvait tout aussi stupide et profondément inutile. La forme animagus est censé vous correspondre. Ben c'est sympa, merci! Il était déjà assez complexé comme ça, mais maintenant, il savait qu'il ne valait rien de plus qu'une espèce de rat d'égout puant. C'était d'autant plus frustrant que de leurs côtés, James et Sirius prenaient des formes vachement classes. Et puis, sérieusement, à quoi bon tous ces efforts? Il voyait pas franchement en quoi un rat pourrait être utile en quoi que ce soit à Remus lorsqu'il avait... son p'tit problème de fourrure. Il était tellement minuscule qu'à part se faire écraser, il pouvait pas servir à grand chose. Bref, du coup, il était heureux que James mette le doigt sur ce qui finalement pourrait tout de même être un avantage pour le rat qu'il savait être temporellement. C'est vrai, au fond, un rat, ça peut se faufiler partout, foutre la panique sans que personne s'en rende compte, c'était pas si mal, au fond. Tiens, pour une fois, il se serait presque senti en harmonie avec lui même. Presque. Parce qu'il faut quand même pas abuser, et puis l'harmonie avec soi, ça faisait vieux hippie shootée des années 60, il avait déjà sorti un "peace and love" dans sa journée, il ne fallait pas trop en rajouter non plus. Il se contenta donc d'acquiescer vigoureusement, un large sourire aux lèvres. C'était bon de se sentir un peu utile!


"J'approuve."

C'était à ça qu'il servait, à vrai dire, dans ce groupe, à approuver à tout bout de champ toutes les propositions débiles de ses camarades, qu'elles soient bonnes ou mauvaises, peu importe. Mais là, en l'occurrence, il ne trouvait pas l'idée mauvaise du tout, ça risquait même d'être amusant. Et puis, il n'était pas plus mal qu'il s'entraîne à se transformer de temps à autres entre deux pleines lunes. ça faisait pas si longtemps que ça qu'il avait réussi à se transformer complètement, et étant donné les difficultés qu'il avait eu afin d'y parvenir, il craignait toujours de ne plus réussir, de faire une bêtise, et de finir toute sa vie avec une face de rat à la place de la tête... urgh (comment ça, qui a dit que c'était déjà fait? Pfeuh!). Ce serait un entraînement utile, voilà, et tant qu'à faire, autant joindre l'utile à l'agréable.
Comme Peter ne servait à rien d'autre qu'à approuver tout et n'importe quoi, il n'ajouta rien de plus. En brave petit soldat qu'il était, il se contenterait de suivre les recommandations éclairées (ou pas) de ses deux camarades, et essaierait de les rendre fiers (ou pas).

_________________
Puisque c'est mal, on y va... || Peter, James, Sirius [fini] Ats-0810 Puisque c'est mal, on y va... || Peter, James, Sirius [fini] Ats-0811 Puisque c'est mal, on y va... || Peter, James, Sirius [fini] Vk-01410

Euh?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sirius Black

Gryffondor - 5ème année
Sirius Black



Votre personnage
...est un: élève singulièrement perturbé par les chocogrenouilles
...a: 15 raisons de ne pas se montrer raisonnable.
...a ou n'a pas d'affinités avec:
Puisque c'est mal, on y va... || Peter, James, Sirius [fini] _
MessageSujet: Re: Puisque c'est mal, on y va... || Peter, James, Sirius [fini]   Puisque c'est mal, on y va... || Peter, James, Sirius [fini] EmptyVen 13 Aoû 2010 - 23:08

    Sirius lança un petit grognement à la remarque de James. Il avait réfléchit, c'était bien. Il avait donné l'emballage comme avait-il dit c'est déjà pas mal pour un être pas très net dans sa tête. Il était vraiment fatigué, des cernes bien présente sous ses yeux. Ses yeux se fermèrent, il passa sa main dans ses cheveux pour éviter de se frotter les yeux comme les bébés fatigués. Il se forçait à ne pas bailler mais sa fatigue prenait le dessus. C'était lamentable. Il fallait bien que quelqu'un lance quelque chose alors pourquoi se plaignait-il? C'était pas gentil pour le cerveau de Sirius. Il n'était pas normal ce matin alors lui donner des paroles comme ça c'était pas gentil. Passons. Sirius toujours un peu dans ses pensées pour comprendre à peu près ce qui lui était arrivé, écouta tout de même James qui lança une proposition.

    *Il est très intelligent notre petit James.* pensa vaguement le chien. C'est vrai mettre en jeu les animagi c'était très intéressant. Ils ne les avaient utilisés et il était sur que James et Peter pensait à ça aussi. Mettre en avant le nouvelle capacité. Il fallait qu'on sache que c'était eux , mais sans qu'on découvre leur forme animal, sauvage. Mais comment allaient-ils faire ça? Et Rémus ? C'était impossible pour lui. Ils n'allaient quand même pas attendre la pleine lune, ça aurait été impossible. C'était beaucoup trop dangereux et Rémus serait en danger, Dumbledore était si gentil de le laisser venir à Poudlard alors il n'allait pas se mettre en danger, comme pour les autres élèves. Pourquoi pensait-il pour Rémus? Simplement parce que James ne fit pas illusion à lui. Bizarre de sa part pensa-t-il mais d'un coté il n'était pas là pour le moment, il fallait bien envisagé quelque chose de diabolique. Peut-être que Rémus servirait à lancer le début de l'action, c'était une bonne idée tout de même. Sirius arrivait quand même à réfléchir malgré la fatigue qui le submerger.
    « A une heure précise on se sépare et on va se placer puis à un moment donner on déclanche un vacarme pas possible sans qu’on nous remarque sous notre forme d’animal ? Rémus ? Il fait quoi ?» demanda Sirius.

    Sirius réfléchissait, il cherchait au fond de son petit cerveau une solution, petit cerveau mais intelligent avec James les deux meilleurs élèves quand même. Il ne fallait pas le nier. Tout le monde à leur pied. Ce n'est pas le moment de penser qu'on est le meilleur, le plus fort, le plus beau, le plus magnifique même si Sirius n'en pensa pas moins, il laissa un petit sourire discret sortir. Ses lèvres se levèrent. Il se sentait ... fière,, fort, beau, magnifique ... Non, Sirius n'avait pas de chevilles qui gonflent, il avait quand même vérifié d'un petit regard vers ses pieds qu'il avait bougé par la même occasion. Petit Sirius au grand coeur avait la petite ampoule qui venait de s'éclairer au dessus de sa tête.
    « Il pourrait faire le gaie, il fera un sorte à ce que tout le monde soit près à pouvoir , à ... euh comment dire, à ce que tout le monde se doute que c'est nous sans qu'ils nous remarquent, il pourrait les pousser vers notre endroit. » Ajouta Sirius. « Mais que faire exactement ? Je ne sais pas, désolé mon cerveau est hors service pour le moment, il faudra le reconnecter dans quelques heures après un somme. » Continua Patmol.

    Non, non il ne repartait pas en délire. Cette remarque était tout à fait normal. Il disait souvent ça dans les cas d'extrème urgence, quand il était vraiment crever, certes il l'était tout le temps mais il le disait quand c'était vraiment le cas et qu'il allait de nouveau délirer tel un toxico, un alcoolique, bref, tel un fou sans cervelle. C'est méchant me direz-vous mais c'est la stricte vérité. Les méchants qui sont devenus fou à Azkaban n'ont plus de cerveau, ils sont fou, dépourvu de bonheur, alors il fallait que Sirius en profite, surtout que dans ses rêves les plus fous il devait y aller. Il allait devenir le plus méchant sorcier de tous les temps, mais quand même le plus beau, le plus magnifique le plus .. bon d'accord, son cerveau n'était pas net comme toujours mais quand même. Il profitait pleinement de son adolescence de sa force, de sa beauté, il profitait de la vie comme si demain la mort allait l'emporter. Quand on est avec James, Peter et Rémus, on ne peut qu'être fou.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://olympusschool.frenchboard.com/forum.htm
James Potter

Gryffondor - 5ème année
James Potter



Votre personnage
...est un: élève singulièrement perturbé par les chocogrenouilles
...a: 15 raisons de ne pas se montrer raisonnable.
...a ou n'a pas d'affinités avec:
Puisque c'est mal, on y va... || Peter, James, Sirius [fini] _
MessageSujet: Re: Puisque c'est mal, on y va... || Peter, James, Sirius [fini]   Puisque c'est mal, on y va... || Peter, James, Sirius [fini] EmptySam 14 Aoû 2010 - 1:57

Est-ce que Patmol boudait ? James esquissa l'ombre d'un sourire amusé. Visiblement, Sirius se cherchait beaucoup d'excuses pour expliquer son état mental et sa fatigue. Comme blessé dans sa fierté, il s'était également mis en mode manigances&co. Aussi, pour ne pas froisser son ego plus qu'il ne l'avait déjà fait, James s'abstint de faire remarquer qu'il s'était certainement levé plus tôt que n'importe qui de présent dans les toilettes de Mimi. James sortit un deuxième chocogrenouille de sa poche (franchement, qui ne se trimballe pas avec deux chocogrenouilles dans sa poche ?) et le lança à Sirius, ce qui avait pour signification plutôt explicite : « Allez, reconnecte-toi ».

Maintenant qu'ils étaient tous bien lancés dans leurs manigances et à fond dans leur trip, ils avaient un petit air de généraux de guerre qui préparaient minutieusement leur attaque et James aimait beaucoup ça à vrai dire. Pour tout ce qui était de planifier et de comploter, il était toujours présent. On pouvait croire ce qu'on voulait mais ça demandait toujours un peu de réflexion, du timing et de la minutie. Il se plaisait à jouer au stratège et c'était sans doute en partie pour cela qu'il aimait le Quidditch. Le briefing juste avant un match, c'était comme diriger ses propres petits pions sur un terrain géant. Il se considérait comme le roi qui dirigeait de loin ses subalternes et sans son cerveau brillant, il était évident que tout le monde courrait à leur perte. Et oui, ses chevilles allaient très mal, mais entre autres courbatures et fracassage de crâne, il n'était plus à ça près.

James marqua une pause après la suggestion de Sirius, signe de réflexion intensive. Avec la pause et tout, la main au menton genre « Je pense donc je suis ». Et de toute évidence, on ne dérange pas la réflexion intensive de James Potter. Qui sait, il risquerait de se déconnecter le cerveau en cours de route, et ça c'était mauvais pour la santé. Quand il se décida finalement à prendre la parole, ce fut pour ne plus la céder à qui que ce soit et se lancer dans une longue tirade explicative. Evidemment, un James Potter ça monopolise la parole, l'attention et ça ne la laisse à personne d'autre avant d'en avoir fini.


- Non, répondit-il, vraiment il vaudrait mieux qu'on reste tous au même endroit au moment où ça se passera. Dans la salle commune de préférence, on aura un certain nombre de témoins et ce sera un parfait alibi. Pendant ce temps, tout se déclenche tout autour du château comme une bombe à retardement et nous on aura pas bougé d'un pouce. Evidemment, il va falloir tout préparer à l'avance, mais de préférence peu de temps avant l'heure finale, sinon on sera rapidement découverts. Prenons comme exemple : si on veut faire pleuvoir des crapauds buffles dans la Grande Salle, il va bien falloir les cacher quelque part ces bestioles. On est sorciers mais c'est pas pour autant que je saurais les faire disparaître sans qu'ils prennent de la place. Mais si quelqu'un trouve les crapauds-buffles avant qu'on en ait fait usage alors c'est mort.

Et puis où les cacher ces crapauds-buffles d'ailleurs ? Ca c'était une question importante. On ne cachait pas une centaine de machins verdâtres et moches sans que ça se remarque.


- Et en y pensant, on pourra les dissimuler à l'étage juste au-dessus de la Grande Salle sous un faux sol. On les fera passer en-dessous à l'heure du petit-déjeuner. Avec le faux ciel, ça va être grandiose, il va vraiment pleuvoir des crapauds buffles ! Si on arrive à recréer le sortilège du coffre sans fond, on pourra en caser plus et le tout sera nettement moins visible.

James parlait rapidement et avec beaucoup d'excitation, ce qui était très généralement le cas dès lors qu'il entrait vivement dans ses explications débiles sur les démarches à suivre dans la mise en vrac de Poudlard. Tout en faisant part de ses idées à ses deux amis, il avait déjà sorti sa baguette de sa poche et traçait dans le vide de long en large, et dans toutes les directions possibles, un plan grossier de Poudlard en plusieurs dimensions. N'était pas l'un des créateurs de la carte des Maraudeurs qui veut ! Sur sa petite représentation schématisée du château, des sortes de petits points verts moches tombaient en boucle du toit sur les petits bonshommes grossièrement dessinés en bâtons qui courraient un peu dans tous les sens comme affolés. James était nul en dessin...


- Il va falloir trouver autres choses pour d'autres endroits du château, assez éloignés les uns des autres pour qu'il soit humainement impossible de s'y déplacer quasi instantanément. Et tout le monde sait qu'on ne peut pas transplaner à Poudlard.

Quiconque avait lu de fond en comble l'histoire de Poudlard devait au moins en savoir autant. Et évidemment que James l'avait lu ce stupide bouquin même s'il n'en donnait certainement pas l'impression. Ca s'appelait étudier et appréhender le terrain. Une des premières choses qu'il avait fait pour préparer sa rentrée à Poudlard. A croire qu'il avait déjà prévu d'avance quand il était jeune qu'il ne serait absolument rien d'autre qu'un perturbateur de première dans sa nouvelle école.

- Maintenant pour ce qui est de déclencher cette réaction en chaîne... La seule personne qui peut nous servir d'interrupteur ici c'est Peter. Un chien ou un cerf qui galope dans les couloirs de Poudlard, on a vu plus discret que ça. Toi, moi et Remus on va devoir rester pour former une illusion d'optique assez puissante pour faire croire à tout le monde que Peter se trouve avec nous. Si je le fais seul, Peter ne va pas arriver à dire plus d'une ou deux phrases.

Il ne fallait pas croire, mais c'était déjà beaucoup ! Ce n'était pas comme s'il était un sorcier assez compétent pour parvenir à matérialiser un être humain de chair et d'os. De un, ce n'était pas possible. De deux, il n'avait que quinze ans, alors aussi intelligent soit-il, il ne fallait pas lui demander de magie trop complexe. Ils avaient passé les cinq dernières années à bosser sur le problème de poils de Remus et cette histoire d'animagus, alors c'était évident qu'ils n'avaient pas eu le temps d'aborder d'autres sujets casse-tête. Un seul suffisait amplement.

- A moins qu'on arrive à trouver des volontaires pour nous remplacer à coup de polynectar mais c'est trop tard pour commencer à récolter les ingrédients maintenant. Sans compter que si les faux nous sont emmenés dans le bureau de McGo à notre place, ils vont être complètement désemparés et cracher le morceau. Il y a aussi le risque qu'on se fasse balancer avant d'avoir pu faire quoi que ce soit.

Sans compter que James ne faisait complètement confiance à personne, même pas au sein de leur maison. Il n'y avait que ses trois meilleurs amis qui bénéficiaient de son entière confiance et encore, tout le monde a ses petits secrets, même anodins. Ca aurait été mentir que de dire le contraire.

- Ah. N'oublions pas les armures de Poudlard. Ca devrait être simple de les faire marcher toutes seules, il suffit juste de leur faire croire que Poudlard subit une invasion et elles se mettront dans tous leurs états.

Il disait ça avec une telle assurance, comme s'il avait étudié le système de sécurité de Poudlard de fond en comble. C'était effrayant les informations confidentielles sur lesquelles il arrivait à mettre la main quand il y mettait du sien.

James semblait en avoir encore et encore à redire mais quand il réalisa enfin qu'il parlait sans cesse depuis un moment (genre trois heures et seulement parce que sa gorge commençait à s'assécher), il se stoppa net et se racla la gorge mine de rien l'air de dire « Hem, bref. Commentez. ». Il avait très certainement l'attitude du petit gamin qui ne s'arrêtait jamais et poursuivant inlassablement avec ses « et puis, et puis, et puis ». C'était ça tous les jours de vivre avec James Potter que voulez-vous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Peter Pettigrow

Gryffondor - 5ème année
Peter Pettigrow



Votre personnage
...est un: sinistre inconnu sinistrement inexistant
...a: 15 raisons de ne pas se montrer raisonnable.
...a ou n'a pas d'affinités avec:
Puisque c'est mal, on y va... || Peter, James, Sirius [fini] _
MessageSujet: Re: Puisque c'est mal, on y va... || Peter, James, Sirius [fini]   Puisque c'est mal, on y va... || Peter, James, Sirius [fini] EmptyDim 15 Aoû 2010 - 17:37

    Fort heureusement, les choses étaient revenues à la normale, et, comme d'habitude, une nouvelle machination (diabolique) se préparait, orchestrée par les brillants leaders du petit groupe auquel Peter était définitivement fier d'appartenir. C'était qu'ils ne manquaient jamais d'imagination, en matière de coup foireux et, comme pour marquer ce début d'année avec le plus d'éclat possible, le stratagème que James était en train de leur décrire ressemblait à s'y méprendre à l'oeuvre la plus incroyable qu'ils aient jamais créé. Si tout se passait comme il se devait, le résultat serait sans aucun doute particulièrement... bluffant. Et tout ça sans que personne ne puisse directement les accuser. Comment décrire ça... c'était juste magistral! Aucun élève ne pourrait jamais passer après eux et espérer faire mieux après un coup pareil... C'était à se demander s'ils seraient capable de faire mieux encore par la suite. Bah! Ils verraient bien, au fond, ils avaient atteint un tel niveau d'excellence, plus rien ne semblait leur être impossible... James paraissait à peine capable de s'arrêter tant il semblait avoir d'idées, et Peter ne trouvait rien d'autre à faire que de le regarder béatement, vénérant son immenssisime ingéniosité. Pour sûr, jamais de telles idées n'auraient pu jaillir de son pauvre petit cerveau. James était définitivement un génie. A chaque fois qu'il ouvrait la bouche, ou prononçait le moindre mot, Peter se sentait obligé d'acquiescer bêtement, et à la fin de sa tirade, il dût se retenir pour ne pas applaudir... Certaines personnes ne pouvaient pas comprendre à quel point ses deux interlocuteurs étaient géniaux. Foutre le bordel, au fond, c'était un art, un art magnifique, et ils étaient en train d'arriver au sommet de cet art.

    Bref, trêve d'éloge, ce plan, il fallait pouvoir le mettre à exécution, et pour cela, Peter était prêt à deux-cent pour cent... Il ne se sentit pas, pour une fois, obligé de déclarer de vive voix que l'idée de James était merveilleuse (comme toujours), c'était juste tellement... évident. Il voulait surtout montrer qu'il ferait de son mieux pour soutenir cet événement qui, il fallait bien l'espérer, marquerait à tout jamais l'histoire de Poudlard (dans le sens où il y aurait peut-être un entrefilet là-dessus dans la Gazette du sorcier), qu'il serait à la hauteur, et qu'il allait y mettre du sien. Non mais sérieusement... Peter s'était rarement senti aussi enthousiaste, et pourtant, ce n'était pas rare qu'il soit enthousiaste (les maraudeurs pouvaient décider à peu près n'importe quoi, Peter approuvait avec l'air de trouver ça extraordinaire), mais là... là, c'était juste... Ils étaient montés d'un cran sur l'échelle de la magnificience, et Peter se sentait plus que jamais heureux de pouvoir dire, d'une manière ou d'une autre "ben ouais, j'y ai participé"... Même s'il n'irait certainement pas vanter ses exploits, en fait. Mais tout était bon à prendre, quand il s'agissait d'augmenter ne serait-ce qu'un tantinet l'estime qu'il pouvait avoir de lui-même. Bref, puisqu'il était plus que prêt à donner du sien dans cette affaire, il chercha immédiatement le moyen de se montrer utile
    .

    "Si vous voulez, je m'occupe de trouver les crapauds-buffles."

    ... Oui, il cherchait à aider, mais dans la mesure de ses possibilités, et comme il ne lui semblait pas qu'il puisse être capable de grand chose, surtout s'il s'agissait de pratiquer il ne savait quel sortilège un peu compliqué, il préférait en rester à des choses plus terre-à-terre... Quoique déjà, réussir à trouver assez de crapauds-buffles pour permettre une pluie raisonnable, ce n'était pas une mince affaire... Il aurait bien pu considérer cinq secondes le fait d'aller fouiller la forêt interdite à la recherche d'un nombre raisonnable de crapauds, mais déjà, il aimait pas la forêt (ça fait peur, la forêt) et ensuite, si même Lovegood et Carter n'étaient pas capable de trouver matière à faire leur élevage de crapaud-buffle dans le parc de Poudlard (oui, parce que grâce à son "amitié" non désirée avec Xeno, il savait un paquet de choses absolument inutiles du genre de celle-ci), alors c'était peine perdue. Mieux valait aller directement chercher les bestioles à l'animalerie, Peter avait toujours des sous de côté, parce qu'il ne savait jamais quoi faire de l'argent qu'on lui offrait. Pour une fois, il servirait une bonne cause (et puis ces crapauds-buffles ne seraient pas perdus pour tout le monde, il en connaissait certains qui seraient ravis de les accueillir après coup... Quoi que c'était peut-être pas une bonne chose, apparemment, ça se reproduisait à une vitesse hallucinante, ces trucs... C'est comme ça qu'ils étaient en train d'envahir l'Australie. Enfin bon, ils verraient ça en temps voulu). Bref... Bon, c'était peut-être faible, comme aide... Qu'est-ce qu'il pourrait proposer de plus? Mmm... Son regard se perdit un moment dans le vide, fixant un lavabo au hasard. Drôle de QG, quand même... Mais pratique, quand Mimi ne venait pas mettre son grain de sel. Mimi...

    "Ah, et sinon..."

    Peter s'interrompit un moment. Il venait de se surprendre lui-même. Est-ce qu'il était vraiment sur le point de faire une suggestion? Il fallait croire que oui. Et ça ne lui ressemblait pas du tout, il était plutôt du genre à écouter et à acquiescer, déjà, c'était moins risqué, et ensuite, il était toujours convaincue que ses idées ne valaient vraiment pas la peine d'être entendues. Mais pour une fois...

    "On pourrait pousser Mimi à inonder les toilettes... non?" finit-il très timidement.

    A peine ces mots prononcés, il commençait déjà à trouver sa suggestion idiote. Il ferait mieux de retourner à sa place de spectateur, vraiment.

_________________
Puisque c'est mal, on y va... || Peter, James, Sirius [fini] Ats-0810 Puisque c'est mal, on y va... || Peter, James, Sirius [fini] Ats-0811 Puisque c'est mal, on y va... || Peter, James, Sirius [fini] Vk-01410

Euh?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sirius Black

Gryffondor - 5ème année
Sirius Black



Votre personnage
...est un: élève singulièrement perturbé par les chocogrenouilles
...a: 15 raisons de ne pas se montrer raisonnable.
...a ou n'a pas d'affinités avec:
Puisque c'est mal, on y va... || Peter, James, Sirius [fini] _
MessageSujet: Re: Puisque c'est mal, on y va... || Peter, James, Sirius [fini]   Puisque c'est mal, on y va... || Peter, James, Sirius [fini] EmptyDim 15 Aoû 2010 - 18:29

    Sirius attrapa le chocolat de James et le vénéra d'un simple sourire. (C'est pas très classe un simple sourire et c'était Sirius quoi, il n'allait quand même pas sauter sur James, non mais vous le prenez pour qui encore?) Il sautillait sur lui même comme un petit gamin en attente de plein de bonbon, il tapa dans ses mains en faisant attention de ne pas écraser son choco. (C'est un peu vrai dans l'ensemble.) Sirius dégusta le chocogrenouille avec tant de délicatesse qu'il s'était mit du chocolat sur le tour de sa bouche. Il se rinça la bouche en évitant de se cogner la tête, et comme émerveiller par cet exploit de la matinée il s'applaudit lui même. (Parce qu'il était quand même casse-gueule en ce début de matinée.)
    C'était encore plus merveilleux que d'ordinaire. Les idées avaient jaillit de la tête de James comme par magie. (Bien sur la magie existe, non pas comme pense un nombre de moldu.) De plus en plus de chose sortait des têtes de tout le monde, et c'était de mieux en mieux. Les Maraudeurs en action pour cette nouvelle année encore plus forte en bêtise maraudienne. C'était presque parfait, oui parce que la perfection il ne l'avait pas encore atteint et ça risquait de les ennuyer s'ils avaient réussit à atteindre le summum de la bêtise.
      -Si on arrive à recréer le sortilège du coffre sans fond, on pourra en caser plus et le tout sera nettement moins visible.
      « On y arrivera, je crois que c'est pas très difficile. J'ai vu ça je ne sais plus trop quand. Je perds la mémoire mais promis tout va s'arranger. Ah oui, il y a quelque temps, j'ai lu là dans un livre. Oui je lis, bon et bien on aura juste à s'entrainer bien et peu de temps nous suffira, c'est sur que c'est pas autant long que devenir des animagus, plus rien ne m'arrête maintenant.» Dit-il si vite et sans aucune pause.

    Sirius n'était vraiment pas normal en ce moment. C'est vrai James devait savoir que rien ne pouvait les empêcher d'apprendre et de faire un sort si simple, mais Sirius était obligé de se le répéter. Il avait tellement adoré le chocogrenouille, qu'il bavait comme un chien, c'était un chien. (Bon il ne bavait pas vraiment mais presque.) Il regarda James un instant et réfléchit quelque petit instant. Un idée lui vint à l'esprit, oui c'était une très bonne idée. Il avait cette idée.
      «Dans la salle commune des Serpentard, on peut avoir le mot de passe sans problème. Peter peut entrer facilement. Si Snape ne fait pas attention à lui il rentra et pourra faire tout ce qu'il veut, et pour sortir ça serait aussi facile. Oui, la salle commune des Serpentards, j'aime ça. » Dit-il avec ce grand sourire. « Je resterai avec toi pour créer l'illusion, tout se passera assez vite donc ça risque d'être assez facile. Queudver est un rat qui court vite, ça risque d'être simple, donc oui, si on rajoute les armures c'est encore plus amusant.»

    Sirius laissa un petit rire amuser sortir de sa bouche. Il avait tellement envie de voir le résultat, il avait tellement envie de s'amuser, la nouvelle année commencer déjà bien. C'était parfait pour le commencement. Ce n'était pas très compliquer et en plus ils allaient innover beaucoup de nouvelle chose acquise en peu de temps. C'était formidable comme idée. Un plan diabolique et merveilleux.
      « C'est une bonne idée, tu comptes les trouver où les crapauds?
      Pour ma part je peux retrouver le sors du coffre sans fond, sans problème, j'ai ma petite idée.»

    Sirius avait de plus en plus envie de faire ça, et le sors était si facile, il lui paraissait si facile donc il serait facile à exécuter. Il avait envie d'applaudir pour lui même mais Peter sortit un autre bonne idée. Certes bonne mais il fallait trouver le moyen de convaincre mimi, et ça risque de tourner au chantage. Comment allaient-ils faire?
      « C'est une bonne idée, Peter, mais comment on va faire, elle va nous faire du chantage et si c'est elle qui cafte ? De toute manière qui pourrait la croire? Personne ne vient ici! » Rectifia-t-il après avoir penser à sa bêtise.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://olympusschool.frenchboard.com/forum.htm
James Potter

Gryffondor - 5ème année
James Potter



Votre personnage
...est un: élève singulièrement perturbé par les chocogrenouilles
...a: 15 raisons de ne pas se montrer raisonnable.
...a ou n'a pas d'affinités avec:
Puisque c'est mal, on y va... || Peter, James, Sirius [fini] _
MessageSujet: Re: Puisque c'est mal, on y va... || Peter, James, Sirius [fini]   Puisque c'est mal, on y va... || Peter, James, Sirius [fini] EmptyLun 16 Aoû 2010 - 13:18

    A son grand soulagement, Peter se proposa de s'occuper des crapauds-buffles. Argh, ce qu'il pouvait détestait ces bestioles ! C'était vachement vicieux un crapaud-buffle et si cela ne tenait qu'à lui, il aurait depuis longtemps exigé l'extermination de cette race démoniaque. On ne savait jamais ce qu'il se passait derrière leurs petits yeux sournois. Qui sait s'ils ne complotaient pas la domination du monde en secret ? Et puis c'était quoi ce nom ridicule d'abord... crapauds-buffles. Ils avaient pas de cornes de buffles aux dernières nouvelles, si ? A moins qu'en réalité ils ne règnent en secret sur les troupeaux de buffles du monde entier pour en faire une armée et lancer leur invasion secrète. C'était pas net tout ça.

    - Demande aux deux cinglés de service, je pense qu'ils seront ravis de t'aider à les trouver, fit remarquer James avec un sourire qu'il retenait à peine.Il savait ô combien Peter pouvait porter Xeno dans son coeur. On va y passer toute notre fortune si on doit les acheter un à un.

    Enfin, ce n'était pas comme si les crapauds-buffles avaient la côte cela dit. Ils sauraient très certainement négocier le prix s'ils en venaient à racheter tout le stock de l'animalerie. Qui voudrait d'une bestiole aussi diabolique comme animal de compagnie ? Certainement pas lui. Les crapauds avaient beau être à la mode, c'était quand même vachement moche. Il ne comprenait même pas comment on puisse en venir à en vouloir un sous son propre toit. Un chat, c'est tout mimi à câliner mais pas un crapaud. Un hibou est très utile pour le courrier mais pas un crapaud.

    - En parlant de bestiaux, Lockart (aka l'imbécile de Poufsouffle qui ne se sent plus péter) saura sans doute nous aider. Il est vachement doué pour ce qui est de ramener des trucs indésirables sans même le réaliser, l'abruti. Si on relâche une horde de lutins de Cornouaille dans le parc, ça va vite dégénérer.

    Dans le genre bestioles vicieuses, les lutins n'étaient pas mal non plus. Sauf que là, personne n'aurait été assez bête pour en faire son animal domestique. Ils étaient pas casés dans une catégorie d'animaux hyper dangereux d'ailleurs ? Bon peut-être pas. Mais c'était quand même la poisse les lutins. Même s'il avait un jour trouvé ça très drôle de cacher des lutins de Cornouaille dans les caleçons de certains, ce n'était plus le cas depuis qu'il avait retrouvé tous ses Quidditch magazines déchirés en miettes par ces fichtres de lutins.
    L'arrachant à ses sombres pensées, Peter aborda une histoire de toilettes inondées que Sirius ne sembla pas vraiment approuver, dû à Mimi Geignarde.


    - Et ne dis pas de mal de Mimi
    , fit James d'un ton boudeur comme un enfant qui prend la défense de son animal de compagnie hideux et détesté par tous.

    C'est fou ça, personne n'aimait Mimi Geignarde. Il ne parvenait pas à comprendre pourquoi. Où était-ce seulement parce qu'elle ne se montrait agréable qu'avec lui seulement ? Et James, dense comme il était, n'y aurait très certainement jamais vu une seconde motivation quelconque au comportement aimable (quoique un peu voyeur sur les bords quand même) de Mimi Geignarde. Surtout de la part d'un fantôme, quoi.


    - Je pense que c'est une bonne idée les toilettes ! Mimi passe son temps dans les canalisations, donc elle peut avoir accès à toutes les canalisations de Poudlard. Ils vont pouvoir dire bye bye aux toilettes pour toute la journée, jubila-t-il. Moment de réflexion intense. Euh, peut-être qu'on ne devrait viser que les toilettes des filles après tout... on fait quoi nous, si on a une envie soudaine ?Grosse question existentielle. Si jamais ils avaient encore envie de se faire des litres de soda encore une fois, il valait mieux que les toilettes soient disponibles.

    Sirius, lui, se proposa de s'occuper du sort sans fond. James songea un instant qu'ils ne devraient vraiment pas sous-estimer même le plus simple de sorts en apparence. Après tout, si même un gamin de quinze ans pouvait lancer ce genre de sortilèges, l'industrie du coffre sans fond se serait écroulée depuis des lutres. Enfin, cela n'avait pas grande importance à vrai dire. Parce que depuis qu'ils avaient maîtrisé une magie aussi complexe que celle de l'animagus, il aurait été indécent de les considérer à de simples gamins pas foutus de faire léviter une plume. Ils avaient accomplis en seulement quelques années ce qu'il aurait fallu des décennies à la plupart pour obtenir un quelconque résultat. Et encore fallait-il ne pas encontrer d'accidents (comme l'ajout d'organes non désirables) en cours de route.


    - Pour ce qui est des Serpentards, réservons ça pour la prochaine fois, soupira James d'un air visiblement très déçu. Frappons fort et chez tout le monde pour cette fois. Et l'horaire le plus décent à choisir pour la pluie de crapauds-buffles, c'est sans doute l'heure du petit-déjeuner mais à cette heure-là il n'y aura pas foule dans les salles communes. Mais évidemment, Servilus ne payait rien pour attendre et viendrait sans doute très rapidement le jour où malheur s'écoulerait de nouveau chez les verts et argent. Ce n'était qu'une question de temps avant qu'ils ne s'en prennent à eux.

    Se lever tôt le matin allait encore une fois être très difficile pour eux, mais c'était plus judicieux ainsi. Ils auraient le temps de faire le tour de Poudlard et d'installer les différents sorts et réserves de crapauds-buffles nécessaires sans trop se faire remarquer puisque la plupart des élèves seraient sans doute encore coucher. Et choisir un week end, c'était s'assurer que les élèves se lèveraient plus tard que d'habitude et que les rondes des préfets seraient minimales.

    Et juste comme ça, ils venaient tous les trois de planifier l'évènementiel de la rentrée. Il aurait été impensable pour quiconque se prétend être un maraudeur de laisser passer une occasion pareille de se faire remarquer et de foutre la pagaille un peu partout.


    - On devrait pas se trouver un super cri de guerre ou quelque chose comme ça pour se motiver ? C'est classe, nan, un cri de guerre ?
    Et voilà. Un James Potter ça ne garde pas son sérieux bien longtemps et ça finit forcément pas sortir un truc débile tôt ou tard. Non, gamin, un cri de guerre ce n'est pas classe, c'est débile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Peter Pettigrow

Gryffondor - 5ème année
Peter Pettigrow



Votre personnage
...est un: sinistre inconnu sinistrement inexistant
...a: 15 raisons de ne pas se montrer raisonnable.
...a ou n'a pas d'affinités avec:
Puisque c'est mal, on y va... || Peter, James, Sirius [fini] _
MessageSujet: Re: Puisque c'est mal, on y va... || Peter, James, Sirius [fini]   Puisque c'est mal, on y va... || Peter, James, Sirius [fini] EmptyLun 16 Aoû 2010 - 16:35

Bon... Tout le monde avait l'air d'avis que Peter s'occupe des crapauds-buffles... Parfait. Puisque de toute manière, ça avait été son idée. Pour les trouver, c'est bon, il irait à l'animalerie magique un point c'est tout, les crapauds étaient à la mode, comme animaux de compagnie (même si comme James, Peter ne comprenait vraiment pas pourquoi choisir un crapaud-buffle comme animal de compagnie). Comme James avait plus ou moins répondu à la question de Sirius, en parlant d'acheter les crapauds-buffles, il ne se justifia pas d'avantage. Par contre, il lança un regard noir à Cornedrue quand celui-ci émit ne serait-ce que l'hypothèse qu'il aille demander l'aide de Carter et de Lovegood. Non... non... jamais. Il préférait encore se ruiner, se vider les poches, et se faire écrabouiller par le poudlard-express en prime (bon...non, là, il exagérait sans doute, il tenait beaucoup trop à la vie) plutôt que d'aller requérir leurs services, et ce même s'il savait que le couple de tarés finis qu'ils étaient auraient accepté sans la moindre hésitations, et qu'il aurait certainement été très simple de les convaincre de tout payer à sa place, afin qu'il n'ait pas à débourser le moindre sous. Ouais ce serait simple, mais non, il ne ferait jamais un truc pareil. Et il le fit comprendre par un immense "Non!" Ultra catégorique. Faire appel à Xeno et Victoria, ce serait sa solution de secours... mais alors, si vraiment il avait pas d'autres choix. Mince, il voulait préserver un tantinet ce qu'il avait de santé mentale tant que c'était encore possible! Ce n'était certainement pas au contact de ces deux-là qu'il y parviendrait, surtout qu'il devait dors et déjà supporter Xeno bien plus que nécessaire.

Peu importe, de toute évidence, c'était son problème, et les deux autres maraudeurs étaient déjà passé à autre chose. En l'occurrence, Sirius venait de faire une nouvelle suggestion, tout à fait au goût de Peter. Si le garçon n'avait à la base aucun ressentiment particulier envers les serpentards, il avait appris à les détester au contact de ses trois amis, et à adorer la moindre des farces destinées à les toucher directement... et d'autant plus s'il s'agissait de Servilus. Il n'avait pas grand chose contre lui non plus, mais à force d'entendre répéter que c'était un crétin... eh bien, Peter avait suivi le rythme, et le considérait à présent comme étant le plus parfait des crétins. Oui, lui, il était pour foutre le bordel chez les serpentards, mais au fond, James avait raison, il s'agissait de frapper un grand coup, et se concentrer sur la salle commune des serpentards n'était du coup pas vraiment stratégique... Peter aussi se sentait un peu déçu, à cette idée... Mais après tout, ça ne voulait que dire que ce serait partie remise, en attendant, les serpentards se prendraient des crapauds-buffles sur la tronche, ce serait tout aussi bien.

Concernant les lutins de cornouailles, par contre... c'était une super trouvaille. Et Lockhart était bien assez crétin pour qu'il ne soit pas difficile d'obtenir de lui sa contribution, volontaire ou non... Du moment que c'était pas à lui de s'en charger, il avait absolument rien contre , du moment que, parce que Lockhart, c'était un peu comme Xeno, pour Peter, il lui faisait peur... Enfin, d'une façon un peu différente, c'est vrai, mais sa compagnie le mettait mal à l'aise. Il suffisait de passer deux minutes avec Gilderoy, pour se sentir rabaissé encore plus bas que terre... Enfin, pour Peter, qui n'avait pas une haute opinion de lui-même, entendre l'autre venter allègrement sa supériorité, c'était dur, en tous cas. Mais va pour les lutins, Peter adhéra à grands renforts de hochements de tête.

Et pour ce qui était de Mimi... Peter n'était pas peu fier que son idée soit approuvée par ses deux camarades... Même s'il n'était pas du tout de l'avis de James, concernant Mimi Geignarde, ce fantôme était juste tellement... trop... Bref, Peter l'aimait pas. Mais au moins, elle serait facile à embrigader dans leurs petites magouilles. Déjà qu'elle passait largement assez de temps à inonder les toilettes sans que personne ne l'y ait incité... Mais là, une fois de plus, il voulait pas s'occuper de cette partie là. Bof, James avait l'air d'apprécier Mimi, il aurait qu'à le faire lui-même, voilà... Lui, il s'occupait des crapauds-buffles... Sirius aurait qu'à s'occuper de Lockhart... Ou Remus, tristement absent pour le moment... Il faudrait bien qu'il fasse quelque chose, lui aussi, non?


"Pour moi, c'est parfait!" acquiesça Peter à tout ce qui venait d'être dit, faute de pouvoir vraiment en placer une après chaque proposition. Enfin, ce n'était pas très grave, au fond, il n'avait rien à dire de plus que ce qui avait été dit, leur plan était tout simplement parfait, un point c'est tout, rien à ajouter à cela.

Voilà, la machination était en marche, et James le fit comprendre en en revenant à un sujet bien plus frivole, et bien moins important. Un cri de guerre... Ouais, cool! Oui Peter approuve tout et n'importe quoi, je l'ai déjà signalé. Mais bon, quoi comme?


"Euh... Banzai? Maraudeurs powaa? Cri de guerre?"

Ou comment faire le plus de propositions débiles possibles en un temps record... Mais c'était déjà ça.

"En fait, on devrait peut-être attendre Remus pour décider, nan?"

Remus ou le bon moyen de mettre fin à rp quand on sait pas comment faire.. Car, hein, supposons cinq minutes que les deux autres soient de l'avis de Peter, alors il n'y avait plus rien à dire, plus rien à faire si ce n'est quitter de ce pas les toilettes, et... prendre le petit déj, par exemple? Et retrouver Remus, qui sait?

[On décide que le rp est fini?]

_________________
Puisque c'est mal, on y va... || Peter, James, Sirius [fini] Ats-0810 Puisque c'est mal, on y va... || Peter, James, Sirius [fini] Ats-0811 Puisque c'est mal, on y va... || Peter, James, Sirius [fini] Vk-01410

Euh?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





Puisque c'est mal, on y va... || Peter, James, Sirius [fini] _
MessageSujet: Re: Puisque c'est mal, on y va... || Peter, James, Sirius [fini]   Puisque c'est mal, on y va... || Peter, James, Sirius [fini] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Puisque c'est mal, on y va... || Peter, James, Sirius [fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marauders'Epic :: Poudlard - 2ème Etage :: Toilettes de Mimi Geignarde-